Veiller sur les sans-abri en pleine pandémie mondiale

Le 7 avril 2020 | Auteur : Personnel du Collège royal
Lecture de 2 min

Jeffrey Turnbull, MD, FRCPC, professeur en résidence du Collège royal de 2020, assure la sécurité des sans-abri avec l’équipe d’Ottawa Inner City Health durant la pandémie de COVID-19..

Après avoir cherché l’endroit parfait pour isoler et traiter les cas confirmés et soupçonnés de sans-abri infectés, l’équipe d’Ottawa Inner City Health a adapté un centre communautaire à proximité du Marché By, au centre-ville d’Ottawa, et de nouveaux patients y sont accueillis chaque jour.

« Les sans-abri n’ont nulle part où aller pour s’isoler, et c’est là le principal défi de la lutte contre la COVID-19 dans cette communauté », confie le Dr Turnbull. « Nous tentons de les isoler au centre communautaire, pour leur propre bien-être et celui de la communauté en général. »

Veiller sur les sans-abri en pleine pandémie mondiale

Dr Jeffrey Turnbull (soumise par le Dr Turnbull)

Défis personnels et collectifs des soins aux sans-abri

Les hôpitaux envoient au centre les sans-abri dont le test de dépistage s’est avéré positif, ou ceux qui sont en attente d’un résultat. « Ce qui nous inquiète surtout, c’est que beaucoup d’entre eux ont également des cardiopathies ou des maladies pulmonaires chroniques », indique le Dr Turnbull. « Il est parfois difficile de dire si leurs symptômes sont liés à la COVID-19 ou à une maladie sous-jacente. »

Outre les défis que pose leur travail auprès des sans-abri, le personnel infirmier, les médecins et les préposés aux bénéficiaires d’Ottawa Inner City Health font face aux mêmes pénuries d’équipement de protection individuelle que les autres professionnels de la santé et travailleurs de la santé de première ligne. « Nous ne pouvons confirmer que nous aurons l’équipement dont nous avons besoin », fait-il observer. « Si je ne suis pas en mesure de protéger mon équipe, nous ne pourrons pas protéger nos patients. La situation est désespérée. »

Selon le Dr Turnbull, plus d’un millier de personnes dorment dans les refuges pour sans-abri d’Ottawa chaque soir, souvent dans la promiscuité, et les risques de transmission sont donc très élevés. « J’ignore à quel point nous serons sollicités au centre communautaire. Nous y allons un jour à la fois. »

Jongler avec les tâches, nouvelles et existantes

Outre l’éventuelle marée humaine attendue au centre d’isolement, quelque 280 patients sont traités chaque jour dans les neuf centres d’Ottawa Inner City Health. « Tous les intervenants mettent les bouchées doubles », précise le Dr Turnbull. « Avant la crise de la COVID-19, nous devions composer avec la crise des opioïdes. Je n’aurais jamais cru que notre charge de travail pouvait s’accentuer davantage. »

Le Dr Turnbull est fondateur et directeur médical d’Ottawa Inner City Health, qui offre des soins de santé aux sans-abri d’Ottawa. Ancien chef du personnel de l’Hôpital d’Ottawa, il a quitté son poste pour passer plus de temps auprès des sans-abri. Le Dr Turnbull s’intéresse depuis longtemps aux répercussions de la pauvreté sur la santé des gens, au Canada comme à l’étranger.

« Alors que nous traversons une période difficile, j’aimerais rappeler aux Associés que nous sommes entourés de gens vulnérables : des sans-abri, des personnes âgées, des Autochtones », fait remarquer le Dr Turnbull. « Je les encourage donc à aider ces personnes dans la mesure du possible. »


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer