Un pionnier de la formation en chirurgie laparoscopique reçoit le Prix Duncan Graham

Le 26 juillet 2021 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 4 minutes

Le Dr Gerald Fried est le lauréat du Prix Duncan Graham 2021

« Lorsqu’on a commencé à pratiquer la chirurgie minimalement invasive, ou chirurgie laparoscopique, dans les années 1980-1990, j’étais entièrement disposé à adopter des techniques innovantes dans le domaine. »

Et ces techniques ont réellement été innovantes.

Depuis lors, Gerald Fried, MD, FRCSC, FACS, est devenu un pionnier de la formation en chirurgie laparoscopique par simulation et un chef de file de la formation chirurgicale. En reconnaissance de son travail, nous lui décernons le Prix Duncan Graham pour contribution exceptionnelle à la formation médicale de cette année.

« C’est toujours très touchant d’être reconnu par ses pairs, confie-t-il en faisant allusion au prix. Que quelqu’un ait songé à moi est un honneur en soi, mais lorsqu’il s’agit d’un prix national dans un domaine qui me passionne — la formation — c’est d’autant plus significatif. »

Dr Gerald Fried (photo soumise)

Se porter garant d’une utilisation responsable des nouvelles technologies

Le Dr Fried fut l’un des premiers à intégrer la simulation à la formation chirurgicale, et il est un chef de file international dans ce domaine. Selon lui, la chirurgie laparoscopique est l’une des techniques qui ont le plus marqué les traitements chirurgicaux depuis 50 à 60 ans.

« Il a immédiatement reconnu l’énorme potentiel de cette nouvelle technique et il s’est rendu en Allemagne pour suivre une formation avec Hans Troidl, qui fut l’un des premiers à l’utiliser, explique Liane Feldman, MDCM, FRCSC, ancienne étudiante et mentorée, aujourd’hui directrice du Département de chirurgie de l’Université McGill. À son retour, il a réalisé l’une des premières cholécystectomies par laparoscopie au Canada. »

Mais le Dr Fried a vite constaté à quel point l’intégration de cette nouvelle technique était complexe.

« L’intégration non planifiée de cette nouvelle méthode a entraîné de graves complications, particulièrement aux États-Unis, précise-t-il. Beaucoup de patients ont fait les frais d’une mauvaise planification de l’enseignement de cette technique. »

Comme il fut l’un des premiers à effectuer ce genre de chirurgie au Canada, le Dr Fried soutient qu’il se sentait responsable de former ses collègues, à Montréal et ailleurs au pays, afin qu’ils puissent à leur tour offrir cette technique à leurs patients. « Mais je souhaitais procéder de façon sécuritaire. Ainsi, en remettant un certificat aux stagiaires qui suivaient la formation à Montréal — un sceau d’approbation en quelque sorte — nous avions non seulement la preuve qu’ils avaient suivi le cours, mais aussi qu’ils avaient acquis les compétences requises. »

C’est donc au début des années 1990 que le Dr Fried a commencé à s’intéresser à l’utilisation sécuritaire des nouvelles technologies, particulièrement la simulation en chirurgie minimalement invasive.

Instigateur des grands programmes de simulation en chirurgie

 En 1990, le Dr Fried a fondé le programme clinique et universitaire de chirurgie minimalement invasive à l’Université McGill. Ce programme est aujourd’hui l’un des plus prisés du genre en Amérique du Nord. Il a aussi créé le programme de formation par simulation MISTELS (McGill Inanimate System for Training and Evaluation of Laparoscopic Skills), qui a pour but d’enseigner et d’évaluer les compétences fondamentales en chirurgie laparoscopique. Le programme MISTELS fait désormais partie du volet pratique du programme de fondements en chirurgie laparoscopique, qui est devenu l’un des programmes de simulation chirurgicale les plus suivis dans le monde.

Alors qu’ils développaient le système de formation par simulation à l’Université McGill, le Dr Fried et ses collègues devaient démontrer que les mesures de réussite des étudiants permettent de prédire la compétence en salle d’opération. Les recherches qu’il mène avec ses collègues depuis plus de 15 ans se sont traduites par la création d’un système de notation et de mesures.

« À partir des données recueillies et des recherches réalisées partout dans le monde, nous avons pu l’intégrer au processus de certification de l’American Board of Surgery, de sorte que tous les chirurgiens diplômés doivent maintenant démontrer leur compétence en passant notre examen en fondements de la chirurgie laparoscopique. »

Outre ses nombreuses contributions à la formation chirurgicale, le Dr Fried est bénévole au Collège royal depuis plus de 20 ans. Il a assumé de nombreux rôles, notamment à titre de membre de comité d’examen, du Comité de spécialité en chirurgie générale et du Groupe de travail sur l’avenir de la chirurgie générale.

Le Dr Fried recevant la Croix du service méritoire de l’ancienne gouverneure générale, la très honorable Julie Payette. (Photo soumise)

Des recherches de pointe qui ne cessent d’inspirer

Le Dr Fried est toujours vice-doyen, Technologie et innovation pédagogiques, et directeur du Centre de simulation et d’apprentissage interactif Steinberg de l’Université McGill. Il est toujours actif au Florenz Steinberg-Bernstein Centre for Minimally Invasive Surgery and Innovation de l’Hôpital général de Montréal, fruit d’un don de deux millions de dollars (devenu depuis lors un fonds de dotation de trois millions de dollars). Il ajoute qu’en plus d’être un lieu de formation, ce centre est très axé sur la recherche, notamment sur la simulation mais aussi la qualité et la sécurité.

Ajit K. Sachdeva, MD, FRCSC, directeur de la Division de l’éducation à l’American College of Surgeons, confirme la réputation internationale du Dr Fried dans le domaine de la formation médicale. « Je l’ai toujours considéré comme un chef de file avant-gardiste de la formation chirurgicale. »

« J’ai été témoin de ses interactions positives et encourageantes avec les étudiants, et de l’influence qu’il a exercée, ajoute Allan Okrainec, MD, FRCSC, ancien stagiaire devenu chef du Département de chirurgie générale du Réseau universitaire de santé de Toronto. Beaucoup de stagiaires inspirés par son mentorat ont orienté leur carrière vers la chirurgie minimalement invasive. »


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer