Sept conseils pour atténuer les facteurs de stress liés aux APC

Le 27 avril 2021 | Auteur : Personnel du Collège royal
Lecture de 3 min

Toute personne qui participe à la formation médicale sait que les activités professionnelles confiables (APC) sont une composante importante de l’approche par compétences en formation médicale partout au pays. Les observations d’APC peuvent contribuer à des échanges fructueux et à l’apprentissage des résidents; elles peuvent être aussi une source de stress supplémentaire dans l’environnement d’apprentissage, surtout dans les cas suivants :

  • L’observateur n’accepte pas ou ne remplit pas en temps opportun la demande d’observation; certains résidents se sentent obligés de se livrer à une « course à l’APC », ce qui peut être très frustrant.
  • Certains résidents sentent qu’ils doivent obtenir rapidement durant l’étape une cote de confiance élevée et sont très inquiets s’ils n’y arrivent pas.
  • Des résidents n’envoient leurs demandes d’observation que lorsqu’ils sont convaincus d’obtenir une cote élevée, se privant ainsi de précieuses occasions de coaching et de rétroaction.

Vous allégerez le fardeau des résidents en prenant l’habitude d’accepter les demandes d’observation et en consignant vos propres observations. Les sept conseils suivants peuvent vous aider à libérer les résidents du stress qu’ils peuvent ressentir durant la formation :

  1. Incitez les résidents à choisir une APC afin de se concentrer sur celle-ci durant les tâches cliniques; n’attendez pas qu’ils vous le demandent.
  2. Offrez la rétroaction lors de la rencontre clinique et consignez l’observation de l’APC en temps opportun; ne tardez pas trop, sinon, vous oublierez de le faire et elle sera moins utile.
  3. Partagez la responsabilité d’entreprendre les observations d’APC avec les résidents; fixez-vous un objectif, p. ex., deux APC par semaine, une par jour, selon ce qui vous convient, et déterminez si vous avez atteint votre objectif.
  4. Prenez note des observations d’APC où vous avez dû intervenir ou guider souvent les résidents, n’attendez pas jusqu’à ce qu’ils sachent comment faire; le suivi de ces expériences précoces montrera au programme que les résidents se livrent à diverses activités cliniques et entreprennent toutes leurs APC.
  5. Cernez de trois à cinq APC importantes qui reviennent régulièrement. Demandez à votre directeur de programme ou à vos collègues de souligner les APC les plus susceptibles de se tenir dans le contexte où vous supervisez les résidents le plus souvent. Passez en revue les principales caractéristiques de ces APC; vous saurez ainsi quand elles s’appliquent le plus aux patients durant la rencontre clinique avec les résidents. Il vous sera plus facile d’offrir la rétroaction en connaissant l’objet de l’APC et en sachant quand il est nécessaire de documenter une observation d’APC.
  6. Encouragez les résidents à adopter un état d’esprit axé sur le développement et à recevoir favorablement la rétroaction plutôt qu’à viser la perfection dès le départ. Ils doivent savoir que l’acquisition des compétences propres à leur étape de formation ne se fait pas du jour au lendemain, que l’observation les aidera à suivre leur progression.
  7. Partagez votre rétroaction si vous voyez la nécessité d’améliorer une APC. Les directeurs de programme peuvent et devraient faire connaître cette rétroaction. Les comités de spécialité recueilleront des suggestions avec le temps et il faudrait éventuellement de 12 à 16 mois pour approuver et apporter les changements à l’APC. Consultez le document sur l’application de nouvelles versions de normes dans la CPC pour plus de détails.

 Qu’est-ce qu’une APC? Le graphique suivant sur la conception des APC vous le fera découvrir. Veuillez envoyer vos questions ou vos commentaires à cbd@collegeroyal.ca.

Télécharger l’infographie


Mots-clés

Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer