Réflexions d’un gériatre sur l’approche globale de sa spécialité

Le 20 juin 2019 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 3 min

La complexité des soins aux personnes âgées et la nécessité constante d’adopter une approche personnalisée et centrée sur la personne est ce qui a attiré Frank Molnar, MD, FRCPC, au domaine de la gériatrie.

« J’ai choisi cette spécialité assez tôt, car il s’agit en fin de compte d’une combinaison ou d’un mélange de plusieurs spécialités », explique le Dr Molnar, gériatre à l’Hôpital d’Ottawa et professeur agrégé de médecine à l’Université d’Ottawa. En exercice depuis maintenant 27 ans, le Dr Molnar indique aimer l’approche globale de la gériatrie. Cette approche inclut l’évaluation des problèmes psychologiques et des déterminants sociaux de la santé en plus des problèmes médicaux.

« Si, comme nous, vous vous demandez comment vous pouvez aider un patient de manière holistique et en même temps soutenir sa famille, et appréciez ce niveau de complexité qui ne se limite pas à un seul système ou organe, alors cette discipline est faite pour vous. »

Les spécialistes en gériatrie sont parfois appelés les « pentathloniens de la médecine interne » en raison de leur formation dans cinq domaines : la médecine interne, la psychiatrie, la médecine physique et réadaptation, la neurologie et la conception de programmes de santé.

La discipline s’appuie également sur les 5 M de la gériatrie : mental, mobilité, multipathologies (point de vue biopsychosocial), médicaments et motivation. Ce dernier point se rapporte aux examens et traitements qui devraient être choisis en tenant compte des autres affections du patient (c.-à-d. des « objectifs de soins » et une « planification préalable des soins » réalistes et utiles).

Le Dr Frank Molnar

Le Dr Molnar observe une sensibilisation croissante au sujet des soins aux personnes âgées en raison du vieillissement de la société canadienne. Il ne voit cependant pas les investissements nécessaires se concrétiser.

« Notre système est très axé sur les pathologies cancéreuses et cardiaques, mais de nombreuses personnes âgées présentent d’autres problèmes divers qui nécessitent une pratique différente de la médecine; une question sur laquelle nous ne nous sommes pas réellement penchés. »

« La population âgée de 65 ans et plus va doubler dans les années à venir », note-t-il. « Mais nous devons nous concentrer sur un autre chiffre. En effet, le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus sera bientôt multiplié par quatre. » Cette tranche d’âge présente de multiples maladies concomitantes interdépendantes ainsi que des problèmes psychologiques et sociaux, et notre système n’a pas été conçu pour de tels patients.

« Ils remplissent les hôpitaux », fait-il remarquer. « Nous devons changer notre façon de faire; nos hôpitaux ne seront jamais en nombre suffisant pour répondre aux besoins que suscitent un tel accroissement de la population. »

Le Dr Molnar explique qu’une partie de la solution consiste à développer des équipes de soins communautaires qui intègrent les spécialistes, les soins primaires et les soins à domicile. En d’autres termes, nous devons intégrer le soutien des spécialistes dans les soins à domicile afin de soigner les personnes âgées dont les cas sont les plus complexes sur le plan médical en dehors du milieu hospitalier.

« Si nous ne procédons pas à ce changement, nous ne parviendrons pas à maintenir les patients en dehors des hôpitaux, lesquels seront encore plus encombrés. Cela aura un effet néfaste sur l’accès aux soins des Canadiens de tous âges. »

Selon le Dr Molnar, on observe encore aujourd’hui des préjugés sur sa spécialité, ce qui traduit une incompréhension des besoins de santé des personnes âgées et du rôle crucial de la gériatrie. Il remarque également des préjugés à l’encontre des personnes âgées.

« Certaines personnes pensent que les personnes âgées monopolisent les lits et encombrent le système de soins de santé », dit-il. « Mais, en réalité, nous en sommes responsables, car nous ne fournissons pas aux personnes âgées les soins dont elles ont besoin, de la façon dont elles en ont besoin et où et quand elles en ont besoin. »


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer