Réduire la mortalité infantile au Guyana

Le 7 juin 2022 | Auteur : Personnel du Collège royal
Lecture de 2 minutes

Pris de nostalgie il y a plus d’une décennie, Narendra Singh, MBBS, FRCPC, a visité sa ville natale de Georgetown, au Guyana. Ce voyage l’a poussé vers une mission à long terme : réduire la mortalité néonatale au pays.

« Lors de mes voyages, j’ai eu l’occasion d’aller voir l’étage de pédiatrie et l’unité de soins intensifs néonataux à l’hôpital public de Georgetown, explique le Dr Singh, qui était alors chef du personnel à l’Hôpital régional Humber River de Toronto. J’ai été frappé non seulement par le dévouement des médecins et du personnel infirmier, qui disposaient de très peu de recours comparativement à nous au Canada, mais aussi par la mortalité infantile élevée, qui se chiffrait à l’époque à 30 décès pour 1 000 naissances au Guyana. »

Photo : De gauche à droite : Le Dr Leif Nelin, la Dre E. Hamilton, M. Michael Gouveia, le Dr Narendra Singh et la Dre Anna Florendo-Chin en compagnie du pilote avant leur vol vers un hôpital de l’arrière-pays au Guyana (photo soumise)

Collaborer avec des professionnels de la santé de la région

Le Dr Singh a demandé à des fournisseurs de soins de santé locaux, au ministère de la Santé, à l’hôpital de Georgetown et à l’Université du Guyana de quelle manière il pourrait les aider à abaisser le taux de mortalité. Comme il n’y avait alors que deux pédiatres pour servir la population du pays, ils ont demandé au Dr Singh et à Andrea Hunter, MD, FRCPC, de les assister dans la conception d’un programme de résidence en pédiatrie.

En 10 ans, le programme – un partenariat entre l’organisme de bienfaisance de Toronto Giving Health To Kids, l’Université du Guyana, l’Université McMaster et l’hôpital public de Georgetown – a formé 22 pédiatres locaux, avec en moyenne trois à cinq pédiatres formés chaque année. Il a également été enrichi d’un programme de formation en soins néonataux, réussi par 70 infirmiers de l’unité de soins intensifs néonataux.

Le résultat? En moyenne, le taux de mortalité infantile a diminué de plus d’un tiers au Guyana, passant de 30 à 19 décès pour 1 000 naissances.

Des possibilités cachées sous la surface

Mais ce n’est pas tout. « En analysant la situation plus en profondeur, nous constatons que la mortalité infantile se situe à 6 décès pour 1 000 naissances à Georgetown », affirme le Dr Singh, maintenant président de Giving Health To Kids. Le plus difficile reste à étendre le succès du programme en milieu urbain vers les sept hôpitaux régionaux répartis dans des zones géographiques du Guyana largement inaccessibles. Le taux de mortalité dans ce qu’on appelle l’arrière-pays (une région boisée située à l’extérieur de la plaine côtière densément peuplée) se maintient à 28 décès pour 1 000 naissances.

Les fonds du programme de développement, d’aide et de collaboration à l’échelle internationale (DACI) aideront les équipes médicales locales et étrangères à se déplacer pour enseigner les soins néonataux dans chacun des hôpitaux régionaux du pays. Ils serviront aussi à financer le lancement du programme de télésanté du Guyana. « L’objectif est d’avoir quelque chose de semblable à ce qu’on trouve à Toronto, où les médecins appellent l’hôpital SickKids pour se faire conseiller sur des cas complexes, explique le Dr Singh. Nous voulons des services de télésanté pour les médecins coincés dans des régions éloignées du Guyana avec des bébés très malades. »

Générer des résultats durables

Le Dr Singh cherche à réduire la mortalité infantile de 35 % dans chacun des sept hôpitaux régionaux du Guyana en trois ans. En outre, il souhaite mettre sur pied un programme de formation postdoctorale durable où des médecins formateurs locaux pourront former la prochaine génération de pédiatres.

Pour améliorer la situation au Guyana, le Dr Singh a travaillé en étroite collaboration avec des Associés du Collège royal : la Dre Hunter, April Kam, MD, FRCPC, et Shirley Sit, MD, FRCPC.

Occasion de bénévolat

Le programme est toujours à la recherche de bénévoles, en particulier de néonatologistes et d’enseignants en pédiatrie. Il a aussi besoin, en plus de médecins, de techniciens biomédicaux, d’enseignants en soins infirmiers et d’inhalothérapeutes.

Si vous désirez vous joindre à eux, veuillez envoyer un courriel contenant quelques renseignements sur vous à l’adresse daci@collegeroyal.ca (objet : Projet du Dr Singh au Guyana). Votre courriel sera transmis au responsable du projet.


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer