Quelles mesures le Collège royal prend-il pour lutter contre le racisme?

Le 24 juin 2020 | Auteur: Dre Susan Moffatt-Bruce
Lecture de 4 min

Chers collègues,

Le 3 juin 2020, le Collège royal a publié un énoncé public dans lequel il a dénoncé le racisme, en réaction aux effets dévastateurs du racisme envers les Noirs qui alimente les manchettes depuis quelques semaines. Bien que les récents événements aient transporté ces enjeux dans le débat public, nous reconnaissons que le racisme envers les Noirs, les Autochtones et les autres personnes racialisées perdure et est généralisé, et qu’il fait partie du quotidien d’un grand nombre de personnes.

Pour nous, cet énoncé constituait une étape importante, et pour bon nombre d’entre vous, il a lancé un débat crucial.

Il a stimulé le dialogue et suscité des commentaires et des questions.

Même si un grand nombre d’entre vous en êtes évidemment ravis ou fiers, une certaine frustration a aussi été exprimée dans bien des cas, et vous avez été nombreux à nous mettre au défi d’en apprendre davantage sur nos membres autochtones ou autrement racialisés. Plutôt que d’en faire simplement mention dans un courriel, plusieurs d’entre vous ont indiqué que cet enjeu méritait qu’on y consacre un espace, compte tenu de sa gravité.

Vous avez raison.

Pour certains, les suppositions que nous avons faites étaient préoccupantes, et notre énoncé selon lequel nous devions tous mieux faire manquait de tact. Pour d’autres, cette publication allait au-delà de notre mandat.

Notre énoncé a aussi amené certains de nos membres autochtones ou autrement racialisés à partager ce qu’ils ont vécu durant leur résidence et ce qu’ils vivent dans leur pratique professionnelle. J’ai eu beaucoup de difficulté à lire ces récits révélateurs et déchirants.

J’aimerais remercier tous ceux qui ont communiqué avec moi, soit par écrit, soit de vive voix, pour partager leurs expériences, et je vous remercie d’avoir suggéré des changements. Le dialogue que vous avez amorcé ne s’arrêtera pas là.

Nous sommes à votre écoute.

Quelles mesures le Collège royal prend-il pour lutter contre le racisme?

Vous avez été nombreux à me demander ce que nous faisons concrètement pour lutter contre le racisme systémique.

Comme je l’ai reconnu précédemment, cet énoncé constituait une étape importante, mais c’est maintenant que le travail commence.

Pour comprendre, nous allons vous écouter. Ensemble, nous allons agir.

Nous nous engageons à écouter ce que les Associés, résidents, étudiants, bénévoles et employés autochtones et autrement racialisés ont à dire au sujet de leurs expériences.

Nous reconnaissons qu’il est inacceptable que le Collège royal, depuis sa fondation il y a 90 ans, ait été lent à réagir au racisme systémique. Nous nous inspirerons de notre travail d’avancement de la santé des Autochtones, qui fait partie de nos priorités depuis plus de 10 ans. Nous devons en faire plus.

Voici certaines mesures que nous prenons pour lutter contre le racisme systémique :

  • Nous nous livrons à une introspection. En mettant d’abord l’accent sur nos employés et nos mécanismes internes, nous serons en mesure de prendre conscience nos préjugés et de mieux les comprendre. Nous pourrons ainsi mieux servir nos Associés, aujourd’hui et demain.
  • Nous créons des espaces sécuritaires afin d’inviter les employés autochtones ou autrement racialisés du Collège royal à nous faire part de leurs témoignages pour favoriser l’apprentissage et le dialogue.
  • Nous recueillons divers points de vue au sein de l’organisation pour savoir comment nous devons procéder et ce que doivent être nos priorités.
  • Nous créons une plateforme où les Associés autochtones et autrement racialisés peuvent s’exprimer et se faire entendre. Nous mettons sur pied un groupe consultatif composé de membres racialisés, dont plusieurs ont déjà manifesté leur intérêt à en faire partie.
  • Nous appuyons les efforts d’éducation et de sensibilisation.
  • Nous nous engageons à faire le point à chaque trimestre afin de vous informer de ce que nous avons appris ou réalisé.

Nous poursuivons nos échanges avec des leaders autochtones afin de façonner la pratique et les attitudes des futurs médecins et chirurgiens spécialistes. Ces échanges font partie de quatre points clés énumérés dans notre Guide d’introduction à la santé des Autochtones : l’autodétermination et le maintien des droits des Autochtones; l’adoption d’approches de lutte contre le racisme, la sécurisation culturelle, et les soins tenant compte des traumatismes et de la violence; l’alliance; et le respect du savoir et des pratiques autochtones.

En amorçant ces travaux, nous serons guidés par les principes suivants : nous adopterons une approche inclusive dans l’élaboration et la réalisation de nos plans, nous sommes conscients que ces travaux pourront causer de l’embarras dans certains cas et c’est normal, et nous examinerons les commentaires avec humilité et reconnaissance.

Faites-nous part de votre témoignage

Nous remercions ceux qui nous ont déjà raconté ce qu’ils ont subi en raison du racisme systémique, mais il est important que tous les membres en soient informés pour que ce dialogue et cet apprentissage essentiels se poursuivent. Si vous êtes à l’aise de relater votre expérience, je vous invite à nous l’envoyer à newsroom@collegeroyal.ca; nous la publierons dans Perspectives.

En mettant d’abord l’accent sur nos employés et nos mécanismes internes, nous nous engageons aussi à partager nos progrès et nos récits.

Prochaines étapes

Comme Lisa Richardson, MD, FRCPC, coprésidente du Comité directeur sur l’intégration de la santé des Autochtones à la formation médicale postdoctorale spécialisée, l’a affirmé dans un récent gazouillis, « Apprendre à lutter contre le racisme ne se limite pas à assister à une conférence, cocher une case et le tour est joué. C’est s’engager à écouter, lire, découvrir, réfléchir, voir, intervenir, démanteler, repenser et rebâtir, toute sa vie durant. »

Nous savons que nous avons encore beaucoup à apprendre, beaucoup à faire.

Nous réalisons que le chemin sera long et que nous n’en sommes qu’au début. Nous voulons sincèrement sensibiliser nos employés, bénévoles, résidents, étudiants et Associés au moment où nous passons de l’écoute à la planification puis à l’action. Je m’engage à vous faire part de nos progrès à chaque trimestre.

C’est ensemble que nous amorçons ces importants travaux, et j’ai hâte de lire vos récits.

En attendant la prochaine mise à jour, prenez soin de vous.

Susan

Susan D. Moffatt-Bruce, MD, PhD, MBA, FACS, FRCSC
Directrice générale


Mots-clés