Les problèmes d’emploi des médecins découlent souvent d’une mauvaise planification du système de santé

Personnel du Collège royal
mai 7, 2019 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 1 min

Certains médecins spécialistes ont l’impression que plusieurs facteurs nuisent à leur recherche d’emploi :

  • le marché de l’emploi est très concurrentiel;
  • les médecins en fin de carrière ne sont pas prêts (ou disposés) à prendre leur retraite;
  • les hôpitaux/centres de soins n’ont pas les fonds nécessaires pour augmenter les ressources;
  • l’accès aux postes affichés est insuffisant.

Ces obstacles auxquels ils sont confrontés cachent-ils en fait des lacunes plus profondes du système de soins de santé? De nouvelles données révèlent qu’il pourrait bien en être ainsi.

Couverture du rapport du l'emploi des nouveaux médecine spécialistes certifiés au Canada

Une étude lève le voile sur une pénurie d’effectifs et une mauvaise planification des soins de santé au Canada

Le 1er mai 2019, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada présentait les résultats de sa dernière enquête sur l’emploi, une mise à jour très attendue du rapport publié en 2013 et faisant état des problèmes liés à l’emploi de nombreux spécialistes nouvellement certifiés.

Depuis que le Collège royal a commencé à recueillir des données sur l’emploi en 2011, entre 14 et 19 pour cent des nouveaux spécialistes ont dit avoir eu de la difficulté à trouver un emploi après l’obtention du certificat. Les plus récents résultats démontrent que ces problèmes découlent en grande partie d’une pénurie d’effectifs et d’une mauvaise planification des soins de santé.

Selon un nouvel oto-rhino-laryngologiste certifié :

« Il y a très peu, voire pas du tout, d’emplois en oto-rhino-laryngologie en ce moment, même si l’on compte plus de 30 diplômés dans cette spécialité chaque année. Les hôpitaux et les employeurs potentiels ont l’embarras du choix vu le nombre élevé de candidats pour de rares postes. »

La planification des effectifs met actuellement l’accent sur l’harmonisation des effectifs médicaux et des besoins de la société en matière de santé, mais d’importants éléments ne sont pas pris en considération, notamment le lien entre les ressources nécessaires à la pratique (incluant le personnel et l’infrastructure) et l’employabilité. D’autres facteurs influencent aussi l’analyse des tendances liées à l’emploi, notamment les obligations familiales et l’accès aux offres d’emploi.

Lisez d’autres constatations issues de l’Enquête sur l’emploi du Collège royal

 

Remarque : Le titre de cet article a changé par mesure de clarté (le 9 mai)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Submit