Les conditions idéales du mentorat selon le Dr Prakeshkumar Shah

Personnel du Collège royal
18 septembre, 2019 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 2 min

Prakeshkumar Shah, MD, FRCPC, est le lauréat du Prix du Mentor de l’année pour la région 3

Le mentorat offre des conditions idéales où le soutien et les conseils laissent libre cours à l’autonomie. Maîtrisant cet art à merveille, le Dr Prakeshkumar Shah, néonatalogiste et épidémiologiste clinique est un mentor très prisé à l’Hôpital Mount Sinai de Toronto, d’après ses stagiaires qui ne tarissent pas d’éloges à son égard.

« Il est un mentor d’exception; il s’intéresse à une foule de sujets, il est toujours disponible pour ses mentorés, il emploie des méthodes d’enseignement novatrices, il sait susciter l’intérêt des mentorés sans compromettre la qualité du travail et il fait preuve d’honnêteté et d’humilité », affirme Amish Jain, MBBS, également néonatalogiste à l’Hôpital Mount Sinai.

Dr Prakeshkumar Shah, FRCPC

Dr Prakeshkumar Shah, FRCPC

Chercheur, éducateur et clinicien de renommée mondiale, le Dr Shah cite trois catégories distinctes de mentorés — en clinique, en recherche et en enseignement — qui nécessitent trois approches bien différentes.

« Dans le contexte clinique, j’essaie d’évaluer dans quelle mesure les mentorés comprennent ce qui arrive au patient. J’essaie de les aider à comprendre le processus d’élaboration d’un plan d’action; je leur pose des questions et je les encourage à personnaliser leurs plans. »

Dans le contexte de la recherche, il explique que le type de soutien offert aux mentorés dépend du degré de précision de leur plan de recherche et de leur maîtrise des processus de recherche canadiens.

« En ce qui concerne les enseignants débutants, j’essaie d’orienter leurs intérêts et leur enthousiasme vers un domaine particulier », poursuit-il.

Le Dr Shah et des membres du personnel durant une tournée d’enseignement. (Références photographiques : Sinai Health System)

Le Dr Shah et des membres du personnel durant une tournée d’enseignement. (Références photographiques : Sinai Health System)

Les mentorés apprécient également l’environnement d’apprentissage sécuritaire dans lequel évolue le Dr Shah. Il laisse en outre le stagiaire élaborer son propre plan de traitement.

« Je rappelle souvent aux stagiaires qu’ils peuvent emprunter cinq itinéraires différents pour se rendre de Toronto à Montréal. Tant qu’ils se rendent à Montréal, je leur fais confiance », ajoute-t-il. « L’important, c’est que le patient ne subisse aucun préjudice et qu’aucun délai ne retarde le traitement. »

Dans de telles situations, le Dr Shah commente l’intervention qu’il aurait privilégiée et les motifs qui auraient influencé sa décision afin que les stagiaires puissent prendre leurs propres décisions.

Pour le Dr Shah, qui dit sécurité dit aussi respect et soutien.

« Je ne réprimande jamais des étudiants devant le groupe s’ils n’effectuent pas une tâche correctement », fait-il remarquer.

Bien connu pour sa grande disponibilité, sa patience et son respect à l’égard des mentorés, le Dr Shah soutient qu’il faut savoir donner au suivant.

« Lorsque je suis arrivé au Canada, des mentors m’ont aussi aidé dans mon cheminement de carrière. J’ai été très choyé et j’ai reçu d’excellents conseils; à mon tour de le faire. »

Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submit