Le Collège royal annonce des simplifications au processus de certification des médecins formés à l’étranger

Le 23 janvier 2023 | Auteur : Personnel du Collège royal
1 minute de lecture

Dans l’optique de contrer la pénurie de main-d’œuvre en santé qui sévit au Canada, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada travaille à simplifier le processus de certification des médecins spécialistes formés à l’étranger en proposant d’autres voies d’accès à la pratique médicale (la voie conventionnelle étant la fréquentation d’une faculté de médecine, suivie d’un programme de résidence agréé au Canada).

« Nous voulons donner l’occasion à tous et à toutes, quel que soit le pays de formation, de démontrer leurs connaissances et leurs compétences de pratique réelles, sous l’œil d’experts du domaine », explique Glen Bandiera, MD, FRCPC, directeur exécutif du Bureau des normes et de l’évaluation, du Collège royal.

La Route d’évaluation par la pratique (REP) s’adresse aux médecins formés à l’étranger qui ont commencé leur pratique. Elle leur donne l’occasion de demander l’évaluation de leur admissibilité aux examens du Collège royal, puis d’accéder à la certification. La REP s’applique uniquement aux spécialités primaires reconnues.

Le Collège royal a simplifié le processus en permettant notamment aux personnes candidates de passer les examens écrits avant de déménager au Canada. L’exigence concernant les cinq ans de pratique a aussi été modifiée : les personnes qui aspirent à travailler au pays pourront désormais faire une demande après deux années de pratique dans leur pays d’origine.

« L’étape de l’évaluation du champ de pratique pouvait ajouter de 6 à 12 mois au traitement d’une demande, observe le Dr Bandiera. Maintenant qu’on a retiré cette étape, on s’attend à voir monter le nombre de demandes au cours de la prochaine année. »

En 2022, 250 demandes ont été soumises par les autres voies d’accès à la certification.

« Je crois que dans cinq ans, les médecins formés à l’étranger pourront intégrer notre système en seulement un ou deux ans, quelle que soit leur spécialité, comparativement à cinq à sept ans aujourd’hui », espère le Dr Bandiera.

Ce que nous faisons aujourd’hui

  • Amélioration des processus d’évaluation des demandes et de l’admissibilité aux examens et de reconnaissance des médecins spécialistes formés à l’étranger
  • Modification du modèle de formation dans le but d’assouplir le cadre d’évaluation de la pratique
  • Intensification des activités de traitement des demandes
  • Attribution aux facultés de médecine du pouvoir d’accorder l’admissibilité aux examens aux candidats ayant réussi l’évaluation de l’aptitude à pratiquer (EAP)
  • Conception d’une évaluation en milieu de pratique​ suivant le modèle de l’évaluation de l’aptitude à pratiquer (EAP), applicable dans certaines régions du Canada en médecine familiale, en psychiatrie et en médecine interne

Ce que nous prévoyons faire demain

Dans le cadre de la Route d’évaluation par la pratique (REP) — laquelle continuera d’évoluer — le Collège royal ramènera l’exigence actuelle de cinq ans de pratique au temps minimum nécessaire pour évaluer la compétence, soit entre 12 semaines et deux ans. Toutes les personnes candidates devront ensuite réussir les examens dans leur spécialité pour obtenir la certification du Collège royal.

Le Collège royal se fera un devoir de vous tenir au courant de l’évolution des voies de certification au fur et à mesure que les changements seront mis en œuvre.


Mots-clés