La progression des services de consultation électronique favorise l’accès aux spécialistes

Personnel du Collège royal
octobre 10, 2018 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 3 min

Le déclic s’est produit il y a 10 ans, lorsque la Dre Clare Liddy, médecin de famille, a reçu un courriel témoignant des délais imposés aux patients qui doivent consulter un spécialiste.

« J’avais adressé un patient à une clinique d’endocrinologie. En guise de réponse, on m’a remerciée pour la demande de consultation, puis on m’a demandé d’informer le patient qu’il verrait un spécialiste dans les six à neuf prochains mois », confie la Dre Liddy.

Deux choix se sont alors imposés à elle et sa collègue, la Dre Erin Keely, FRCPC, endocrinologue : attendre que quelqu’un d’autre trouve une solution ou changer elles-mêmes le système.

C’est ainsi que le service de consultation électronique Champlain BASEMC (Building Access to Specialists through eConsultation ou Accroître l’accès aux spécialistes par la voie de la consultation électronique) a vu le jour. Il s’agit d’une plateforme Web sécurisée qui permet aux médecins de soins primaires et au personnel infirmier praticien de discuter de cas non urgents avec des spécialistes.

Un projet pilote comptant cinq spécialistes et 15 médecins de famille a été mis sur pied à Winchester, en Ontario. En une seule année, les médecins de famille ont établi des liens avec 27 groupes de spécialité; et en compte aujourd’hui plus de 111. Cette croissance est en grande partie attribuable au bouche-à-oreille.

« Les médecins de première ligne ont vanté les mérites de la consultation électronique auprès de leurs collègues et les ont incités à l’utiliser », explique la Dre Keely. « Nous avons fait appel à notre réseau, puis nous avons convaincu les personnes qui souhaitaient être utiles à collaborer avec leurs collègues des soins primaires ».

Les consultations électroniques en bref

  • Le délai moyen pour obtenir une consultation électronique est de deux jours
  • Quelque 28 792 cas ont été traités par le service de consultation électronique sans que les patients aient à consulter un spécialiste en personne
  • Quelque 64 recherches nationales ont été publiées
  • Au total, 97 pour cent des patients utilisateurs interrogés considèrent que le service de consultation électronique est une solution de rechange acceptable aux consultations en personne
  • En tout, 94 pour cent des spécialistes-utilisateurs interrogés confirment que le service de consultation électronique améliore les communications entre les professionnels de la santé
  • Le coût moyen d’une consultation électronique se chiffre à 47,35 $, alors que celui d’une consultation traditionnelle s’élève à 133,60 $
  • Les utilisateurs des services de soins spécialisés et primaires peuvent se prononcer après chaque consultation électronique et contribuent ainsi à une meilleure compréhension des cas

** Statistiques tirées du www.champlainbaseeconsult.com (juillet 2018).

Une croissance appréciable, des avantages incommensurables

Les Dres Liddy et Keely ont fondé leur service de consultation électronique sur des données probantes, et leur réussite a suscité beaucoup d’intérêt. Des organisations telles que le Collège royal et les Instituts de recherche en santé du Canada ont versé plus de deux millions de dollars pour financer le soutien opérationnel et la recherche en rapport avec le service.

Grâce à ces fonds, elles ont mis en place une collaboration nationale et un programme de recherche fondés sur le quadruple objectif, dont voici certains avantages :

  • amélioration de la santé des populations
  • amélioration de l’expérience des patients en matière de soins de santé
  • réduction du coût des soins de santé
  • meilleur équilibre travail-vie chez les professionnels de la santé

Leur modèle de consultation électronique prend de l’ampleur en Ontario — quelque 85 000 patients ont utilisé le service jusqu’à présent. On note aussi une croissance à l’échelle du pays : des services ou projets initiaux fondés sur leur modèle ont été instaurés à Terre-Neuve-et-Labrador, au Nouveau-Brunswick, au Québec, au Manitoba et en Alberta.

Le 1er novembre, le Collège royal accueillera le troisième forum politique annuel sur les consultations électroniques, à Ottawa. Le thème de cette année misera sur la réussite du programme BASEMC tout en cherchant à établir des pratiques exemplaires de consultation électronique au Canada.

Bien qu’il soit encourageant de voir que les consultations électroniques se multiplient au pays, la réussite de ce service repose sur l’influence positive qu’il exerce sur les patients.

« Un patient qui habite à une heure de la ville a pu avoir une consultation électronique grâce à son médecin de famille, et il s’est ainsi épargné une visite chez le spécialiste. Cette consultation fut non seulement avantageuse pour lui, mais aussi pour son fils qui l’aurait normalement accompagné chez le spécialiste », ajoute la Dre Liddy.

La Dre Keely souligne que la consultation électronique a amélioré les relations entre les fournisseurs de soins primaires et les spécialistes. « Nous avons été en mesure d’offrir un outil de communication très utile, dans le but d’aider les patients, et nous en sommes ravies. »

Pour en savoir si les consultations électroniques sont offertes dans votre région? Adressez-vous à eConsultCOE@toh.ca.