La force des rôles CanMEDS réside dans leur intégration et leurs chevauchements

Le 26 juillet 2021 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 4 minutes

La Dre Ming-Ka Chan est la lauréate du Prix Donald Richards Wilson 2021

« Je suis éducatrice généraliste, ce qui m’amène souvent à tenter d’intégrer les divers rôles CanMEDS. Je cerne leurs chevauchements et c’est ce qui fait leur force », affirme la Dre Ming‑Ka Chan, FRCPC, MHPE, éducatrice clinicienne en pédiatrie à l’Université du Manitoba. « Elle réside dans leur intégration et leurs chevauchements, dans nos contextes respectifs. Chez nous et au travail, nos patients et nos familles font tous partie du contexte dans lequel nous intégrons ces rôles. »

La Dre Chan est lauréate du Prix Donald Richards Wilson du Collège royal et d’AMS pour l’intégration des rôles CanMEDS, décerné chaque année à un éducateur médical ou à un chef d’équipe, de programme ou de département qui se démarque par son excellence dans l’intégration des rôles CanMEDS à un programme de formation du Collège royal ou à un autre programme relié à la santé.

La Dre Chan a consacré la plus grande partie de sa carrière à la formation médicale postdoctorale et au développement du corps professoral. Même si elle baigne dans CanMEDS depuis l’époque où elle était stagiaire, en tant que pédiatre, l’idée de créer des jalons de développement et des étapes de progression de la compétence la rejoint vraiment. « C’est ainsi que j’aborde mes activités cliniques, je n’ai donc eu aucun mal à transposer cette idée dans mes activités d’enseignement. »

Dre Ming-Ka Chan (photo soumise)

Envisager la formation sur le leadership sous différents angles

Même si ses travaux couvrent tous les rôles CanMEDS transversaux, la Dre Chan s’attarde surtout aux rôles de leader et d’érudit. Récemment, elle s’intéresse surtout aux croisements entre la justice sociale et la formation sur le leadership.

« L’un des aspects les plus intéressants lorsqu’on examine les croisements avec le rôle de leader, c’est celui de la justice sociale (promoteur de la santé), qui me passionne vraiment. Comment les leaders et subordonnés peuvent-ils recourir à leur capacité d’influence pour faire face aux enjeux de justice sociale?

La Dre Chan a dirigé la création d’une trousse pour la formation sur le leadership et contribué à l’élaboration d’une trousse sur l’équité, la diversité et l’inclusion (EDI), en collaboration avec le Bureau de l’équité, de la diversité et de l’inclusion, pour la Faculté des sciences de la santé Max Rady de l’Université du Manitoba.

« Une trousse existante sur la santé des Autochtones a permis d’élargir les ressources à d’autres aspects de la lutte contre l’oppression », précise-t-elle.

« C’est une façon de mettre en évidence des ressources importantes, ajoute-t-elle. Les personnes qui souhaitent amorcer leur propre parcours ou apprentissage dans ces domaines peuvent utiliser certaines ressources fiables pour acquérir certaines de ces compétences. »

À lui seul, le rôle de leader occupe une grande place dans les travaux de la Dre Chan; l’atelier annuel des résidents seniors sur la transition en pédiatrie qu’elle a cocréé et coanimé en est un exemple. L’atelier continue d’évoluer et d’autres programmes de pédiatrie à l’échelle du pays l’ont adopté. Il s’adresse aussi à d’autres spécialités et d’autres stagiaires qui souhaitent acquérir des compétences en leadership. La Dre Chan a aussi fondé et créé la Conférence canadienne annuelle sur le leadership des résidents en pédiatrie, axée sur le développement du leadership des résidents chefs et d’autres résidents seniors leaders.

« Les étapes charnières sont particulièrement importantes, ajoute-t-elle. À mesure que les résidents assument des rôles de leadership, il est clair que nous devons les aider dans leur développement et leur offrir des possibilités de réseautage et de soutien par les pairs. »

La Dre Chan passe en revue des radiographies avec des étudiants. Photo : Aiden Pinsk (photo soumise)

Adapter son approche pédagogique et d’évaluation

Au début de la pandémie de COVID-19, consciente de la nécessité d’adapter rapidement la formation médicale, la Dre Chan a voulu faire sa part. Avec des collaborateurs de partout au pays, elle aidé à créer PivotMedEd.com ainsi qu’une collection libre accès de ressources recommandées.

« Nous devions vite proposer des façons d’enseigner et d’évaluer en mode virtuel, dans toutes les disciplines et sur des sujets généraux comme les soins virtuels et la lutte contre le racisme. Il était clair qu’il existait déjà des ressources virtuelles reconnues et de nouveaux programmes d’études qui arrivaient au bon moment, comme ceux visant à parfaire les compétences pour un retour à la pratique ou à travailler dans un nouveau domaine pendant la pandémie. C’était donc vraiment l’occasion d’examiner ce qui existait déjà. »

La Dre Chan a aussi transféré et offert une grande partie de son enseignement en mode virtuel et dans Sanokondu, une communauté de praticiens de plusieurs pays vouée à la promotion de la formation sur le leadership des professionnels de la santé dans le monde entier.

« Nous voulions créer une communauté de pratique, dit-elle au sujet de la création de nouveaux programmes dans Sanokondu, dont elle est la présidente. Nous avions besoin de diverses occasions de partager et de nous appuyer les uns les autres en présence de sujets difficiles, comme la lutte contre le racisme, les alliances, les préjugés et la stigmatisation. »

La Dre Chan se démarque par sa faculté d’adaptation, sa créativité et son enthousiasme au travail.

« La Dre Chan appuie CanMEDS et milite sans relâche en sa faveur, affirme le Dr Deepak Dath, FRCSC, professeur de chirurgie à l’Université McMaster. Ses efforts sont soutenus, elle est authentique et elle contribue à définir la formation médicale ici et à l’étranger ».


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer