La Dre Maureen Topps reçoit le titre d’Associée honoraire

Personnel du Collège royal
juin 25, 2019 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 2 min

Maureen Topps, MB ChB, a une devise : « Lorsqu’une occasion se présente, il faut prendre des risques stratégiques ».

C’est cette philosophie qui l’a guidée tout au long de l’intégration des activités postdoctorales de deux entités distinctes – le programme de médecine du Nord de l’Ontario et le programme de formation médicale du Nord-Est – sous la gouverne de l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO). Ce projet ambitieux a commencé lorsqu’elle devint la première vice-doyenne aux études postdoctorales de l’EMNO, en 2005, puis lorsqu’elle a accepté le même poste à l’Université de Calgary, avant de devenir doyenne associée principale.

En fait, cette philosophie l’a inspirée tout au long de sa carrière.

La Dre Topps et la première cohorte de médecine familiale de l’EMNO, Sudbury, 2011

La Dre Topps et la première cohorte de médecine familiale de l’EMNO, Sudbury, 2011

Une rassembleuse aux multiples talents

La Dre Topps a grandi dans un petit village des Highlands, en Écosse. L’accès aux services médicaux y était très limité. Ils n’étaient que 12 finissants dans sa cohorte à l’école secondaire. Elle fut la première de sa famille à s’inscrire à l’université.

« J’ai exercé dans de petites collectivités pendant la majorité de ma carrière. Je suis une fervente adepte de la médecine rurale. Les collectivités jouent un rôle essentiel dans la médecine rurale selon moi », précise-t-elle. « Les membres de la collectivité s’investissent beaucoup. »

La Dre Topps est bien connue pour sa contribution à la formation médicale; elle prône une collaboration et une entraide stratégiques, efficaces et inclusives. Outre l’EMNO, la Cumming School of Medicine de l’Université de Calgary a su profiter de son expertise.

« Au fil du temps, j’ai eu maintes occasions de bâtir et développer des équipes de professionnels – souvent en partant de rien, comme ce fut le cas à l’EMNO », admet-elle.

La Dre Maureen Topps

La Dre Maureen Topps

L’EMNO

Lorsque la Dre Topps est arrivée à l’EMNO, elle fut à même de constater l’engouement – et les attentes élevées – des gens du Nord de l’Ontario à l’égard de cette nouvelle école.

« J’étais l’étrangère qu’on y a parachutée », relate-t-elle. « J’avais pour mandat de fusionner deux organisations complètement disparates – soit les programmes de formation médicale de Sudbury et de Thunder Bay – en une seule organisation. »

Cette expérience lui a beaucoup appris sur le plan de l’administration médicale, et c’est ce qui l’a incitée à parfaire son éducation. En 2014, avec l’aide de l’EMNO, elle a obtenu une MBA pour cadres de l’Université Athabasca.

« L’EMNO est une organisation hybride des plus intéressantes. C’est à la fois une école de médecine et une organisation sans but lucratif. Je devais en apprendre davantage sur la culture d’entreprise et la gestion d’organisations sans but lucratif, et c’est un peu pour cette raison que je me suis inscrite au programme de MBA », explique-t-elle.

La Dre Topps considère la médecine administrative comme un incontournable dans le domaine des soins de santé, une voie qu’elle souhaiterait voir emprunter par un plus grand nombre de jeunes professionnels. « On peut y puiser une grande satisfaction. »

L’honorable David C. Onley, ancien lieutenant-gouverneur de l’Ontario, en visite au Campus de Sudbury de l’EMNO avec la Dre Topps, 2010

L’honorable David C. Onley, ancien lieutenant-gouverneur de l’Ontario, en visite au Campus de Sudbury de l’EMNO avec la Dre Topps, 2010

Bénévole dévouée du Collège royal et nouvelle dirigeante du Conseil médical du Canada

La Dre Topps participe aux activités du Collège royal depuis de nombreuses années, à titre bénévole. Elle siège en outre au Comité de l’agrément et à un grand nombre de ses sous-comités, elle effectue des visites d’agrément et elle participe à la rédaction de normes internationales pour la reconnaissance de programmes dans le cadre des activités de Collège royal International.

Son attachement à l’égard du Collège royal est en partie attribuable au soutien qu’elle a reçu lorsqu’elle a cherché à connaître les exigences de la formation des résidents, alors qu’elle n’était qu’une « mystérieuse médecin de famille » de l’EMNO.

À l’automne 2018, la Dre Topps fut nommée à la tête du Conseil médical du Canada (CMC).

Elle décrit le CMC comme « un trésor caché de la formation médicale et de l’évaluation au Canada », qui entretient des liens solides et mutuellement bénéfiques avec d’autres organisations sœurs, incluant le Collège royal. Selon elle, chaque organisation a la responsabilité de rassurer le public concernant les compétences des médecins qui entrent en exercice.

« Ensemble, nous pouvons améliorer le système d’évaluation et de formation médicale au profit de la population canadienne. »

La Dre Topps et le comité central de coordination de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (C3CNE) du CMC, Ottawa, 2016

La Dre Topps et le comité central de coordination de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (C3CNE) du CMC, Ottawa, 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submit