La compétence par conception prépare-t-il mieux les résidents à la pratique autonome ?

Royal College Staff
19 septembre, 2019 | Auteur: Royal College Staff
Lecture de 1 minute

 

Dr Lara Best

Photo: Lara Best, MD, FRCPC, MMEd

Lorsqu’elle a commencé à exercer la radio-oncologie, Lara Best, MC, FRCPC, s’intéressait aux compétences requises pour établir une pratique autonome. Comme sa discipline est l’une de celles qui adoptent la CPC en 2019, la Dre Best y a vu l’occasion de comparer les écarts perçus entre la formation traditionnelle axée sur la durée et les solutions offertes dans la CPC. Son constat : la CPC permet de mieux préparer les résidents à la pratique autonome.

Lara Best

La Dre Lara Best reçoit la Médaille d’or académique du Gouverneur général pour ses excellents résultats de maîtrise à l’Université Acadia.

Les conclusions de sa thèse, intitulée Transition to practice in radiation oncology: Mind the gap, peuvent inspirer les programmes d’études fondés sur des données probantes pour l’étape de transition vers la pratique en radio-oncologie.

La Dre Best a relevé les écarts signalés le plus souvent à cette étape :

  • Manque d’expérience en matière de gestion de la pratique;
  • Compréhension de la structure de notre système de soins de santé;
  • Planification financière;
  • Efficacité de la collaboration et de la communication avec les autres membres de l’équipe de soins de santé;
  • Préparation et diffusion de documents précis en temps opportun;
  • Exposition appropriée à la résolution de problèmes liés à la planification et à l’évaluation des traitements de radiothérapie.

« L’adoption d’un nouveau programme d’études adapté à la CPC peut être une expérience stressante, utile, enrichissante et faire ressortir les écarts. La nouvelle étape de transition vers la pratique de la CPC peut servir à formaliser les programmes d’études axés sur des compétences que les nouveaux médecins n’ont probablement pas pu acquérir durant leur résidence (gestion financière, gestion de la pratique et meilleur suivi longitudinal des patients). »

Le mentorat, les ressources pédagogiques, la simulation, une meilleure délégation de responsabilités progressives, les cliniques longitudinales du résident et les programmes d’études formels font partie des solutions proposées pour accroître l’exposition à la planification et à l’évaluation des traitements de radiothérapie.

« L’évaluation en milieu de travail est l’un des avantages que procure la CPC. Nous devons observer directement les stagiaires lorsqu’ils exécutent des tâches et leur fournir de la rétroaction. Ceux-ci doivent montrer qu’ils ont acquis la compétence requise pour passer aux étapes suivantes. Cette « structure » favorise l’apprentissage ainsi que l’intégration des apprenants dans l’équipe médicale et la prise de décisions. »

Selon la Dre Best, l’évolution de la formation postdoctorale donne aux spécialités la possibilité de partager leurs outils d’évaluation, leurs idées de programmes et leurs méthodes pour surmonter les obstacles. La mise en commun des expériences vécues dans le cadre de la CPC nous permettra de nous améliorer plus rapidement.

Directeurs de thèse : Dre Joan Sargeant, Rene J. L. Murphy
Coauteurs de l’article : Dre Arpita Sengupta, Rene J. L. Murphy, Dre Catherine de Metz, Dre Theresa Trotter, Dr Shaun K. Loewen, Dre Paris-Ann Ingledew et Dre Joan Sargeant.

Laissez un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Submit