La CIFR, c’est beaucoup plus qu’une conférence, c’est une expérience à vivre

Personnel du Collège royal
4 mars, 2020 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 3 min

L’an dernier, nous vous avons présenté les résidents chefs de la CIFR 2020 : le Dr Patrick Boreskie, de l’Université du Manitoba, la Dre Greta McLachlan, de la Cleveland Clinic London, le Dr Brandon Tang, de l’Université de la Colombie-Britannique, et la Dre Andria Tatem, du Baylor College of Medicine.

Pour eux, il s’agissait d’une première, n’ayant jamais assisté à la CIFR avant celle tenue à Ottawa l’an dernier. Leur entourage leur avait dit qu’il s’agissait d’une conférence intéressante, stimulante et inspirante, où ils feraient la connaissance de leaders en formation médicale et d’apprenants du monde entier.

Nous leur avons demandé de partager leurs réflexions sur la CIFR 2019, ce qui les a amenés à y assister, ce qu’ils sont impatients de voir cette année, et d’expliquer pourquoi tous les résidents ou apprenants devraient se joindre à eux.

« On m’avait dit que la CIFR était une conférence dynamique où j’établirais des liens professionnels durables, tant au Canada qu’à l’étranger. Je constate jusqu’à maintenant que c’est vrai », confie le Dr Boreskie.

« J’ai assisté à la CIFR parce qu’elle est axée sur la formation des résidents et permet de rencontrer des personnes animées des mêmes convictions. J’ai fait de nombreuses connaissances lors de la réception de réseautage, des séances plénières, des ateliers et de la séance en panel Récits de survie de résidents, et je communique encore avec ces personnes », ajoute la Dre Tatem.

La CIFR contribue à la transformation de la formation des résidents

Entièrement consacrée à l’avancement de la formation des résidents, la CIFR met en valeur l’apport de ces derniers et les encourage à participer à la transformation de la formation médicale. « Les organisateurs de la CIFR font preuve d’ouverture : ils veulent connaître votre avis et discuter avec vous », selon la Dre McLachlan. « J’ai eu la chance de faire partie des panélistes en 2019 », précise‑t‑elle.

Le comité de planification de la CIFR s’efforce chaque année d’offrir un programme dont les participants s’inspirent pour réaliser des projets qui enrichissent les expériences des résidents et améliorent les soins aux patients. « Miser sur son vécu pour désamorcer l’échec » fait partie de ces nombreux projets. Lancé par la Dre Tatem et deux collaboratrices rencontrées lors de la CIFR 2019, il fait appel à un état d’esprit de développement afin que l’échec ait un effet de levier sur la formation des résidents.

Dès le lendemain de la conférence, les quatre résidents ont souhaité devenir des résidents chefs de la CIFR. Ils se sont clairement démarqués, en dépit du nombre record et du calibre des candidatures reçues du monde entier. Cette première expérience vécue par le Dr Tang en 2019 l’a motivé d’autant plus à vouloir devenir l’un des résidents chefs de la CIFR 2020. « J’ai compris que je voulais faire partie de cette communauté remarquable », explique-t-il.

Avec le comité consultatif du programme, les résidents chefs de la CIFR 2020 collaborent à la conception d’un programme riche en présentant le point de vue des résidents. De plus, ils participent activement à la promotion de la conférence dans leurs réseaux. Le thème de cette année est « La formation des résidents de la prochaine génération : changements de paradigme et pratiques avérées ». Ils sont impatients de découvrir les innovations en formation médicale, de dévoiler les nouvelles idées qu’ils ont soumises pour la conférence de 2020, de retrouver des amis de longue date et de tisser de nouveaux liens.

Lorsqu’on leur a demandé pourquoi les résidents ou les stagiaires doivent se joindre à eux du 24 au 26 septembre à Vancouver, ils ont répondu qu’à la CIFR, la priorité est d’offrir un environnement inclusif, agréable, inspirant, où les résidents peuvent parler librement des hauts et des bas de cette période de leur formation.

« La CIFR peut changer le parcours de carrière d’un résident. Elle donne l’élan nécessaire pour mettre en application ce que vous y avez appris. C’est la seule conférence entièrement consacrée à la formation des résidents; si la formation médicale vous passionne, vous devez y assister », ajoutent les Drs Boreskie et Tatem.

Pour la Dre McLachlan, la CIFR est une plateforme qui donne accès à des réseaux internationaux en formation médicale et permet de participer aux échanges sur la formation des résidents. « Les résidents peuvent s’exprimer, se joindre à la conversation, et c’est important », explique-t-elle.

« À la fin de la conférence, réaliser qu’un si grand nombre d’étudiants, de résidents et d’employés collaborent pour améliorer notre expérience d’apprentissage a été une source d’inspiration. Même si j’ai adoré la conférence, c’est le fait de revenir avec de l’énergie, d’innombrables idées, des collaborateurs et des objectifs plein la tête qui est le plus précieux pour moi », affirme le Dr Tang, ravi que la CIFR 2020 se tienne cette année chez lui, à Vancouver. Il lui tarde de souhaiter la bienvenue à tous les passionnés de formation médicale, de représenter la CIFR, l’Université de la Colombie‑Britannique et le Canada.