Innover dans le but d’améliorer les soins aux patients : les lauréats du Prix du leadership pour les médecins en début de carrière se distinguent

Le 11 avril 2022 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 8 minutes

Date à retenir : Le 21 sept. 2022, nous rendrons hommage aux lauréats des prix lors de notre cérémonie virtuelle. Pour y assister, inscrivez-vous; c’est gratuit.

Les lauréats de cette année du Prix du leadership pour les médecins en début de carrière du Collège royal donnent la priorité à la personne et sont des moteurs de changement dans les domaines du traitement des dépendances et des services hospitaliers. Chaque année, ce prix est remis à trois Associés du Collège royal qui en sont à leurs cinq premières années de pratique autonome. Les lauréats doivent s’être distingués par le caractère exceptionnel de leur leadership et de leur sens de l’initiative et de l’innovation ainsi que par la qualité de leurs services dans les domaines de la formation médicale, des politiques de santé et de la pratique professionnelle.

Faites connaissance avec les lauréats pour l’année 2022

(Le Dr Tanguay et le Dr Ghosh ont tous deux soutenu sans le savoir la candidature de l’autre au Prix du leadership pour les médecins en début de carrière, dans différentes catégories. Ils ont tous deux remporté le Prix au terme d’un processus d’examen indépendant.)


Inspirer le changement en s’attaquant de front à la stigmatisation

Le Dr Robert L. Tanguay est lauréat pour l’année 2022 du Prix du leadership pour les médecins en début de carrière du Collège royal, dans la catégorie « formation médicale et DPC »

Dr. Robert Tanguay

Dr Robert Tanguay (photo soumise)

Robert L. Tanguay, MD, FRCPC, est un psychiatre qui a reçu une formation en médecine des toxicomanies et en médecine de la douleur. Son travail apporte une aide déterminante aux patients qui sont aux prises avec la toxicomanie, la douleur ou des troubles de santé mentale, en particulier parce qu’il contribue à contrer la stigmatisation.

« Rob a remarqué que la plupart des préjugés auxquels les populations vulnérables font face proviennent des professionnels de la santé eux-mêmes », écrit dans sa lettre de soutien le collègue S. Monty Ghosh, MD, FRCPC, professeur adjoint à l’Université de Calgary.

Devant cette situation, le Dr Tanguay, professeur adjoint de clinique à l’École de médecine Cumming de l’Université, a présidé à la création d’un programme novateur de formation en ligne s’adressant aux professionnels de la santé de l’Alberta. Ce programme a pour but de faire reculer la stigmatisation en s’attaquant à la réticence qu’éprouvent les médecins à adopter une approche en matière de traitement fondée sur des données probantes et centrée sur la personne.

Conférencier très prisé, le Dr Tanguay « a rassemblé autour de lui un groupe de professionnels de la santé qui sont partisans du changement et qui donnent la priorité aux patients et “non pas au profit ou aux egos”, pour reprendre une formule qu’il emploie souvent », précise dans sa lettre de mise en candidature Rakesh Jetly, CD, MD, FRCPC, chercheur principal à l’Hôpital Royal Ottawa.

Privilégier les soins centrés sur la personne

À l’époque où il était président de la Pain Society of Alberta (PSA), le Dr Tanguay a organisé un congrès intitulé « Let’s Talk About My Pain » [parlons de ma douleur], qui portait spécifiquement sur les patients souffrant de douleur chronique. Le congrès, qui a attiré plus de 500 participants, avait à son programme des exposés de personnes aux prises avec la douleur chronique qui n’œuvraient pas dans le domaine des soins de santé.

« Le Dr Tanguay a contribué à propulser la PSA vers de nouveaux sommets en tant que leader mondial en matière de sensibilisation entourant la douleur chronique et de défense des intérêts des personnes qui en souffrent », écrit le Dr Jetly.

Il a mis sur pied le premier programme public interdisciplinaire au Canada voué à la déprescription des opioïdes. Le programme, dont l’approche est fondée sur les soins centrés sur la personne et le traitement des troubles de santé mentale et des traumatismes sous-jacents, a aidé plusieurs patients à réduire ou à cesser leur consommation d’opioïdes.

Le Dr Tanguay est également codirecteur et cocréateur de la clinique Calgary Community Rapid Access Addiction Medicine (RAAM). Les programmes de la RAAM, qui prévoient des consultations avec des médecins spécialisés dans le traitement de la dépendance ainsi qu’un soutien aux patients, sont habituellement offerts dans les hôpitaux, afin d’épauler les services d’urgence.

« Le Dr Tanguay avait la profonde conviction que le programme de la RAAM devait appartenir à la communauté, c’est-à-dire qu’il devait rejoindre non pas seulement les patients d’un hôpital, mais la collectivité tout entière », écrit le Dr Jetly. « Il s’est buté à une forte résistance… mais a persévéré, et aujourd’hui le programme a le vent dans les voiles. »

Enfin, le Dr Tanguay est cofondateur du Newly Institute, où il occupe le poste de médecin-chef. Le Newly Institute est le premier organisme au Canada à offrir un programme personnalisé et géré médicalement de soins intensifs en clinique externe et de gestion des limitations fonctionnelles.

Valerie Taylor, MD, FRCPC, chef du département de psychiatrie de l’École de médecine Cumming de l’Université de Calgary, résume ainsi les choses dans sa lettre de soutien : « Il est rare de rencontrer et de côtoyer une personne qui a accompli autant de choses en si peu de temps, et j’ai hâte de voir jusqu’où sa carrière le mènera. Nul doute que son action contribuera à améliorer le sort d’une multitude de gens. »

[Haut de la page]


Le recours aux mégadonnées donne des résultats impressionnants en milieu hospitalier

Le Dr Amol Verma est lauréat du Prix du leadership pour les médecins en début de carrière du Collège royal, dans la catégorie « politiques et systèmes de santé »

Dr. Amol Verma

Dr Amol Verma (photo soumise)

Amol Verma, MD, FRCPC, M. Phil. est clinicien-chercheur en médecine interne générale à l’Hôpital St. Michael de Unity Health Toronto et à l’Université de Toronto. Il apporte des changements systémiques dans l’environnement des soins hospitaliers par l’utilisation de larges ensembles de données complexes (les « mégadonnées ») et le recours à l’analytique.

Animé par une vision du changement s’appuyant sur le leadership de concertation, le Dr Verma a fondé GEMINI avec des collègues de médecine interne générale. Il s’agit d’un groupe de collaborateurs unique en son genre qui utilise les mégadonnées dans le but d’améliorer la qualité et d’approfondir la recherche, et dont l’action s’inscrit dans une démarche d’étude et d’amélioration des soins aux patients. GEMINI rassemble actuellement des données tirées de plus d’un million de consultations de patients, réparties sur plus de 30 hôpitaux.

« En Ontario, de nombreuses tentatives d’inciter les hôpitaux à partager leurs données se sont soldées par un échec, et GEMINI a mené à bien l’une des premières collaborations vraiment réussies à ce chapitre, ce qui est réellement révolutionnaire », expliquent Fahad Razak, MD, FRCPC, cochercheur principal chez GEMINI, et Moira Kapral, MD, FRCPC, directrice du département de médecine interne générale de l’Université de Toronto, dans la lettre conjointe qu’ils ont présentée à l’appui de la candidature du Dr Verma.

Le Dr Verma a également dirigé le développement et la mise en œuvre de CHARTWATCH, à l’Hôpital St. Michael. CHARTWATCH est un système intelligent d’alerte rapide qui utilise les données issues des dossiers médicaux électroniques et avertit les cliniciens lorsque des patients hospitalisés présentent un risque élevé de décès ou que leur état s’aggrave considérablement. Les données préliminaires indiquent des résultats prometteurs en ce qui a trait à la réduction de la mortalité.

« Il s’agit d’un des projets les plus novateurs en santé au Canada, et de l’une des premières mises en œuvre de l’intelligence artificielle dans un environnement clinique en temps réel », écrit dans sa lettre de soutien Jane Philpott, MD, doyenne de la Faculté des sciences de la santé de l’Université Queen’s.

La mesure de la qualité à l’avant-plan

À titre de premier directeur clinique provincial chargé de l’amélioration de la qualité en médecine interne générale à Santé Ontario, le Dr Verma contribue à bâtir et à orienter le premier réseau voué à l’amélioration de la qualité en médecine générale. Le réseau d’amélioration de la qualité de la médecine générale de l’Ontario (GeMQIN) fournit des rapports de mesure de la qualité portant sur les médecins et les hôpitaux et prône l’adoption de pratiques communes visant l’amélioration de la qualité des soins en médecine générale.

La portée de son travail étant pour lui une préoccupation prioritaire, le Dr Verma met les résultats de ses recherches à la disposition des décideurs et du public par le truchement des médias et dans le cadre d’exposés. Par exemple, les résultats de l’étude qu’il a réalisée sur les hospitalisations attribuables à la COVID-19 ont été communiqués lors d’un point de presse donné par l’Ontario Medical Association et couvert par 42 organes de presse de partout dans le monde.

« Il a joué un rôle primordial dans l’amélioration de la qualité des soins hospitaliers et mis sur pied les programmes fondateurs que sont GEMINI et GeMQIN, grâce auxquels il continuera sans doute à façonner avantageusement l’avenir des soins de santé au Canada », écrit dans sa lettre de soutien Chris Simpson, MD, FRCPC, vice-président directeur des services médicaux à Santé Ontario.

[Haut de la page]


Agir pour défendre les intérêts des plus vulnérables d’entre nous

Le Dr S. Monty Ghosh est lauréat du Prix du leadership pour les médecins en début de carrière du Collège royal, dans la catégorie « pratique professionnelle et soins aux patients »

Dr. S. Monty Ghosh

Dr S. Monty Ghosh (photo soumise)

Le travail de S. Monty Ghosh, MD, FRCPC, se situe souvent à l’intersection des soins de santé et du droit au logement.

Interniste et spécialiste en toxicomanies en Alberta, le Dr Ghosh a vu ses compétences en leadership mises à l’épreuve durant la pandémie de COVID-19. Au cours des phases initiales de la pandémie, les groupes vulnérables, notamment les personnes en situation d’itinérance, ont souvent été négligés.

Le Dr Ghosh « a rassemblé un groupe d’intervenants qui ont entrepris la mise en place d’un processus de planification visant à dépister, diagnostiquer, placer en isolement et prendre en charge les personnes ayant reçu un résultat positif à un test de COVID-19 ainsi que les personnes avec qui ces dernières avaient été en contact étroit », écrit le présentateur Tim Richter, président directeur général de l’Alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance. En collaboration avec des collègues, « il a également mis en place des mesures de distanciation physique et de prévention dans les refuges, entre autres en trouvant d’autres locaux afin de désengorger les refuges, en augmentant les mesures d’hygiène et en obtenant des EPI ».

Le Dr Ghosh a contribué à l’élaboration de recommandations à l’intention des refuges de l’Alberta. Ses plans d’intervention d’urgence ont été mis en œuvre partout dans la province et partagés avec des groupes d’autres provinces, qui s’en sont inspirés dans leur réponse à la pandémie.

Lorsque la campagne de vaccination a commencé, le Dr Ghosh a établi un partenariat avec la Société royale du Canada et certains de ses mentors afin d’élaborer des recommandations nationales en matière d’immunisation et de trouver des façons de réduire la réticence à l’égard de la vaccination chez les personnes en situation d’itinérance.

« Ces mesures, bien que difficiles à mettre en place, ont contribué à la vaccination de plus de 60 % de ce segment de la population », souligne M. Richter.

Sauver des vies et inciter les gens à prendre les choses en main

Le Dr Ghosh a commencé à pratiquer la médecine des toxicomanies en 2017, au moment où la crise des opioïdes s’intensifiait. Sachant que 60 % des décès survenaient lorsque les consommateurs de drogue se trouvaient seuls à leur domicile, il s’est inspiré d’un de ses patients qui avait l’habitude d’entrer en communication en ligne avec un ami lorsqu’il s’injectait; si l’un des deux montrait des signes de surdose, l’autre devait immédiatement composer le 911. Avec un groupe de Hamilton, en Ontario, et un autre de Vancouver, il a conçu un service national ayant pour fonction d’assurer une surveillance virtuelle des consommateurs de drogue et d’alerter les services d’urgence en cas de surdose.

« Au bout de trois années de travail intensif, le Dr Ghosh a pu inaugurer le [service national d’intervention en cas d’urgence] grâce à un financement de Santé Canada », écrit son collègue Robert L. Tanguay, MD, FRCPC, professeur adjoint de clinique à l’Université de Calgary. « Depuis l’inauguration du service téléphonique, en décembre 2020, plus de 2 400 appels téléphoniques ont été reçus, et 33 personnes de tous les coins du Canada ont eu la vie sauve et évité une possible surdose. »

Jenn Brasch, MD, FRCPC, présidente (2020-2022) de la Société médicale canadienne sur l’addiction, résume dans sa lettre d’appui l’ampleur de l’influence du Dr Ghosh.

« [Son] travail a contribué à aider de nombreuses personnes et à les encourager à prendre elles-mêmes les moyens de trouver des solutions aux difficultés auxquelles elles font face dans leur communauté. […] Le Dr Ghosh a montré que cela était possible, et il travaille à instiller ce sens de la débrouillardise chez ses collègues (des milieux médicaux et non médicaux) et chez ses étudiants. »

[Haut de la page]

Laissez un commentaire de félicitations aux lauréats de cette année du Prix du leadership pour les médecins en début de carrière.

Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer