Félicitations aux Associés honoraires de 2021

Le 8 juin 2021 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 4 min

Le titre d’Associé honoraire du Collège royal est remis à trois leaders, véritables pionniers des soins de santé et de la formation médicale.

Persévérance, dévouement et gros bon sens

« La brigadière générale (retraitée) Hilary Jaeger a rendu un énorme service à la population lorsqu’elle a choisi d’étudier en médecine et de joindre les Forces armées canadiennes; je ne connais personne d’aussi dévoué », affirme Rick Hillier, général à la retraite. Elle sert la population canadienne depuis plus de 37 ans, et sa carrière est marquée par la persévérance, le dévouement et le gros bon sens.

La brigadière générale Hilary Jaeger (Photo soumise)

Après une longue carrière sans faille en tant que médecin militaire, ici comme à l’étranger, la Dre Jaeger fut nommée médecin général des Forces armées canadiennes en 2004, devenant ainsi la deuxième femme à détenir ce poste.

Ses compétences en leadership de crise ont été maintes fois reconnues. Elle et sa brigade sont venues en aide à des centaines de milliers de Canadiens lors des inondations de la rivière Rouge au printemps 1997 et de la tempête de verglas qui a frappé l’est de l’Ontario et le Québec en 1998.

« En tant qu’officière aux commandes et dirigeante de centaines de soldats, elle a fait tout le nécessaire pour s’acquitter de ses nombreuses fonctions, en toute humanité, confie le général Hillier. Au risque de perturber ses supérieurs de temps à autre, moi y compris. »

Bien qu’elle soit aujourd’hui à la retraite, la Dre Jaeger est toujours très active dans le système de santé canadien, notamment à titre d’administratrice d’Ostéoporose Canada et de présidente du Comité d’experts en examen sur les technologies de la santé, un comité consultatif de l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé. Pour démontrer son engagement à trouver des solutions grâce à l’apprentissage à vie, elle a obtenu une maîtrise en économie de la santé.

Restructuration de l’enseignement en santé des Autochtones

Le Dr Barry Lavallee a fait sa marque en tant qu’expert canadien de la santé des Autochtones et de la formation médicale des Autochtones. Champion de la santé et du bien-être des Autochtones depuis une trentaine d’années, il a joué un rôle de taille dans la formation médicale au Canada et ailleurs dans le monde.

« Le Dr Lavallee s’est employé à transformer la structure de l’enseignement sur la santé des Autochtones; d’abord axée sur la sécurité culturelle, elle vise maintenant à contrer le racisme », affirme Lisa Richardson, MD, FRCPC, doyenne associée responsable de l’inclusion et de la diversité à la Faculté de médecine Temerty de l’Université de Toronto. « Ses compétences en enseignement, en défense d’intérêts et en leadership lui ont valu d’innombrables prix et distinctions. »

Le Dr Barry Lavallee (Photo soumise)

Ses recherches et ses activités cliniques portent sur les maladies chroniques, les traumatismes transgénérationnels, l’influence de la colonisation sur les communautés autochtones et la santé des Autochtones dans le monde entier.

Mentor de nombreux apprenants et dirigeants autochtones à l’échelle du pays, le Dr Lavallee offre aussi des soins cliniques exceptionnels aux patients et aux collectivités autochtones. Considéré comme « un érudit, un éducateur, un défenseur et un chef de file dans une discipline stricte et parfois réfractaire au changement », le Dr Lavallee est « une source d’inspiration pour de nombreux chefs et alliés autochtones et non autochtones », confie Cheryl Ward, éducatrice de la lutte contre le racisme envers les Autochtones et directrice exécutive de la Santé des autochtones de l’Autorité provinciale des services de santé de la Colombie-Britannique.

Le Dr Lavallee est actuellement chef de la direction de Keewatinohk Inniniw Minoayawin, une organisation qui se consacre à la transformation de la santé des Premières Nations du Nord canadien. « En pleine pandémie de COVID-19, alors que des actes de racisme systémique sont dénoncés partout au Canada, le Dr Lavallee est plus actif que jamais, et il cherche constamment à défendre les intérêts des Autochtones dans les sphères médicale et juridique, ajoute Kenneth A. Harris, MD, FRCSC, FACS. Même si sa nomination auprès de Keewatinohk Inniniw Minoayawin fut annoncée seulement en septembre 2020, je vous assure que ses contributions étaient déjà énormes. »

Le Dr Lavallée a connu une brillante carrière d’éducateur et de promoteur à l’Université du Manitoba, où il a enseigné la médecine de famille pendant de nombreuses années, en s’adaptant surtout à la santé des Autochtones et à la pratique dans le Nord. Il a notamment participé à l’élaboration d’un programme novateur en santé des Autochtones pour les étudiants en médecine.

Le Dr Lavallee a siégé au Comité sur la santé des Autochtones du Collège royal pendant près de 10 ans et, à titre de conseiller, il s’est consacré sans relâche à l’avancement de la formation médicale au Canada.

Relever le défi de la COVID-19

Le major-général Marc Bilodeau est devenu médecin général des Forces armées canadiennes (FAC) en juillet 2020, en pleine pandémie de COVID-19. Il a fait valoir l’importance de la sensibilisation et de l’intervention en santé mentale, alors que les militaires et la population canadienne en général ont vu leur vie transformée par les pressions et les défis qu’entraîne la pandémie.

Le major-général Marc Bilodeau (Photo soumise)

Le rôle des militaires canadiens a beaucoup changé depuis sa nomination. Plus de 1600 soldats ont été déployés dans des établissements de soins de longue durée au Québec et en Ontario. Des experts en logistique ont été chargés de planifier la distribution des vaccins. Des soldats ont aussi été déployés dans des dizaines de communautés autochtones du Nord pour lutter contre les éclosions et administrer des vaccins.

Lorsqu’il a été nommé au poste de médecin général des FAC, le major-général Bilodeau a déclaré : « Le personnel des Services de santé des Forces armées canadiennes relève constamment des défis, et démontre sans relâche son désir d’améliorer la santé de nos collègues des FAC. »

Tout au long de sa brillante carrière dans les FAC, le major-général Bilodeau a occupé plusieurs postes de dirigeant, dont celui de commandant du Centre de services de santé, à Ottawa, officier supérieur d’état-major des soins primaires à la direction des Politiques médicales du Quartier-général, à Ottawa, et commandant du 1er Groupe de services de santé, à Edmonton. Il a été nommé médecin général adjoint en 2019, après avoir obtenu son diplôme du Programme de sécurité nationale et complété une maîtrise en administration publique.


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer