Série de profils des pionniers de La CPC

 Conseils du Dr Mador sur La compétence par conception

LANCEMENT : 2018

Le Dre Brett Mador


Conseils du Dr Mador sur La compétence par conception | Université de l’Alberta


Discipline :
Fondements chirurgicaux

Ressource préférée sur le perfectionnement du corps professoral :
Learner Phenotypes in CBME



Comment avez-vous cerné et abordé les activités professionnelles confiables (APC) difficiles à réaliser?

Les APC difficiles à réaliser pouvaient déjà être cernées grâce aux évaluations régulières de la progression au sein des programmes, aux réunions du comité de compétence et à la planification des APC dans les stages. Nous avons signalé certaines APC qui ne sont réalisées que lors d’une ou deux stages dans l’année au corps enseignant comme aux apprenants pour qu’ils s’y concentrent pendant leurs stages respectifs. Par exemple, un résident en obstétrique et gynécologie n’aura probablement l’occasion d’effectuer une enquête primaire sur les traumatismes qu’en chirurgie générale. Cela a été signalé et souligné pour assurer des tentatives optimales pendant ce stage. Par ailleurs, la détection des patients en état critique a été signalée comme étant particulièrement difficile à réaliser. Nous y avons remédié en créant des exercices spécifiques de formation du corps enseignant.


Comment les activités de révision vidéo et les séances de simulation sur les APC sont-elles devenues des soutiens essentiels à la mise en œuvre de la CPC?

Nous avons mis sur pied ces initiatives pour répondre à deux problèmes qui ont été immédiatement relevés lors du lancement de la CPC dans notre programme : le corps enseignant ne comprenait pas les échelles de confiance pour l’évaluation des APC et avait besoin de mieux comprendre les descriptions. Par exemple, l’APC concernant la détection d’un patient gravement malade a souvent été évaluée sur la capacité d’un résident à gérer pleinement ces patients, ce qui est bien au-delà de la portée de l’APC et du niveau de formation. Nous avons créé des modules vidéo propres à chaque APC, lesquels englobent de multiples domaines de la formation initiale du corps enseignant. Les modules ont été présentés dans le cadre de réunions scientifiques, où les participants pouvaient se parler au téléphone pour comparer leur évaluation à la norme de critère établie. Les modules vidéo ont également été mis en ligne et envoyés par courriel. Cet exercice rapide a été très bien accueilli. Afin d’améliorer l’adhésion, il a été présenté dans une variété de forums s’adressant à des publics différents.


Comment avez-vous abordé la disparité entre les résidents concernant le nombre d’APC qu’ils ont tenté de réaliser?

Il y a eu une certaine confusion au début du processus quant à savoir qui devait commencer les APC, quand, où et à quelle fréquence. Un examen clinique objectif structuré (ECOS) a été mis au point et présenté pendant l’atelier d’orientation intensif des résidents. Il s’agissait de dix stations, chacune impliquant différents aspects des soins pour le même patient (c’est-à-dire l’historique, la documentation, la gestion des complications postopératoires, etc.). À la fin de chaque station, l’apprenant demande l’APC correspondante et reçoit une rétroaction directe du professeur ou de l’instructeur résident présent dans la salle. Grâce à cette activité, les apprenants et les superviseurs se sont familiarisés avec le processus et, à leur tour, ont contribué à un changement de culture dans le programme. Ces innovations nous ont permis d’observer des améliorations considérables dans les tentatives d’APC ainsi qu’une meilleure rétroaction qualitative et quantitative sur les formulaires d’évaluation.


Avez-vous des solutions (ou des recommandations) pour les programmes qui sont confrontés à des APC difficiles à réaliser?

Les APC sont basées sur les normes de formation traditionnelles du Collège royal. La barre n’a pas été relevée, mais nous cherchons à présent des preuves de compétence. Cela signifie que nous vérifions qu’ils franchissent la barre et que nous ne partons pas du principe qu’ils peuvent le faire parce qu’ils ont suivi les mois de formation requis. Certaines normes exigent l’évaluation de compétences rarement observées, de sorte que la simulation peut être nécessaire pour obtenir la preuve de la compétence dans le nouveau modèle. Notre programme a institué de nouvelles simulations de traumatismes pour combler cette lacune; je vous recommande donc de travailler avec vos experts en simulation pour répondre aux besoins cernés dans vos propres programmes.


Quels conseils donneriez-vous aux programmes qui sont sur le point de se lancer dans la CPC?

Premièrement, vous ne pouvez pas précipiter un changement de culture, alors ne soyez pas frustré si le fruit de vos efforts tarde à se manifester. Deuxièmement, il ne s’agit pas seulement de chiffres. Essayez de ne pas vous perdre dans la quête sans fin de la note parfaite ou du programme qui obtient le plus d’évaluations d’APC par mois. L’un des principaux objectifs de l’approche par compétence en formation médicale est d’améliorer la rétroaction qualitative, donc essayez de l’utiliser comme principal baromètre de votre réussite. Troisièmement, la transition vers la CPC pour les nouveaux résidents peut être très difficile. Je privilégierais des vérifications fréquentes auprès de la cohorte des résidents de première année au cours des premiers mois de formation pour m’assurer que les attentes et les processus sont bien compris et que les résidents ne prennent pas de retard pour des raisons non liées à leurs études.


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer