Série de profils des pionniers de La CPC

 Conseils du Dr Jones et Dre Hickey sur La compétence par conception

LANCEMENT : 2019

Dr David Jones


Directeur du programme | Université Mémorial


Discipline : Médecine interne

Ressource préférée sur le perfectionnement du corps professoral :
https://www.med.mun.ca/CBME


Dre Joanne Hickey


Directeur du programme | Université Mémorial


Discipline : Médecine interne

Ressource préférée sur le perfectionnement du corps professoral :
http://www.royalcollege.ca/rcsite/cbd/competence-by-design-cbd-f



Quelles grandes leçons avez-vous tirées durant la mise en œuvre de la CPC?

À vous seul, vous ne pouvez pas tout faire. Vous devez confier diverses tâches aux membres de votre équipe, p. ex., le perfectionnement du corps professoral, la planification de programme et l’examen des options liées au portfolio électronique. L’union fait la force. Comme nous veillons tous les deux à la mise en œuvre, il y a toujours quelqu’un au sein de l’équipe qui peut assister aux réunions importantes. La décision de déléguer des responsabilités a été très sage.


Quel a été votre plus grand défi lors de la mise en œuvre de la CPC?

Il nous a été difficile de trouver un outil pour le processus d’évaluation. Cet hiver, nous avons utilisé un système d’évaluation sur papier. Nous avons appris qu’il est essentiel de se doter d’un bon outil électronique pour que le processus soit efficace.


Quels conseils donneriez-vous à d’autres directeurs de programme?

Aucun directeur de programme ne devrait entreprendre ces travaux sans être entouré d’une grande équipe. Même si notre programme est relativement petit et que la plupart des résidents travaillent au même endroit, il aurait été difficile de gérer la mise en œuvre de la CPC sans l’expertise de chacun des membres de l’équipe.


Quelle stratégie avez-vous adoptée pour mobiliser vos enseignants et gérer leurs attentes?

Notre stratégie de communication est très efficace. Notre comité sur le perfectionnement du corps professoral diffuse un bulletin mensuel sur les faits nouveaux dans la conception des programmes d'études et autres questions; nous avons aussi créé plusieurs vidéos sur les rencontres cliniques. Nous communiquons les nouvelles et les développements par courriel et dans les médias sociaux. Nous présentons des séances scientifiques sur la formation médicale et des tournées sont intégrées aux réunions des divisions. Ce ne sont que quelques exemples.


D’après vous, quels avantages la CPC procurera-t-elle à votre programme?

Ils ont vite été évidents. L’enseignement clinique et au chevet des patients fait notre fierté depuis toujours, mais il est difficile de le documenter; la CPC nous aide à mieux le faire. Elle règle aussi plusieurs problèmes liés à l’agrément. Nous avons constaté que plus la mise en œuvre est avancée au sein d’un programme, plus celui-ci est efficace. Pour les résidents, les avantages de la CPC sont évidents. Les enseignants offrent un meilleur coaching, et nous constatons que la mise en œuvre contribuera à la carrière universitaire de certains nouveaux enseignants.


Quels outils utilisez-vous pour mobiliser les enseignants?

Nous avons recours à toutes les tactiques déjà mentionnées, c.-à-d. bulletins, médias sociaux, vidéos, séances scientifiques, etc. Cependant, les rencontres en face à face sont la meilleure façon d’obtenir l’adhésion des enseignants. Elles éliminent l’anxiété associée aux changements, car elles renforcent le fait que nous travaillons tous ensemble.


Quelle est votre plus grande source de fierté dans votre cheminement vers la CPC?

Notre excellente équipe. La mise en œuvre de la CPC nous a amenés à nous améliorer constamment. Notre capacité d’unir nos efforts et de reconnaître les avantages, petits ou grands, ont fait que notre programme est plus efficace. Les enseignants y arrivent mieux, et ceci nous aide à ajuster le programme d’études. L’adhésion de tous est une grande fierté.