Série de profils des pionniers de La CPC

 Conseils de la Dre Baron sur La compétence par conception

LANCEMENT : 2021

Dre Tara Baron, Directrice du programme


Conseils de la Dre Baron sur La compétence par conception | École de médecine du Nord de l'Ontario


Discipline :
Pédiatrie



Quelles grandes leçons avez-vous tirées durant la mise en œuvre de la CPC?

Nous trouvons tous que ce changement n'est pas facile. Prenez le temps de vous préparer et de vous adapter; donnez aussi aux enseignants l'occasion de le faire. Pour aider à gérer le changement, nous avons organisé trois « retraites » pour les enseignants avant le lancement de la CPC. Nous avons offert une séance identique deux fois chaque année et tous les enseignants y ont participé, ce qui est excellent. Les retraites précisaient ce dont les enseignants avaient besoin pour que la mise en œuvre de la CPC soit efficace dans notre programme : présentation du concept de la CPC, comment fournir une rétroaction de qualité, exécuter les APC et créer un comité de compétence. J'ai aussi appris que la clarté des communications et la gestion des attentes des résidents et des enseignants sont d'une importance cruciale. Notre approche a été la suivante : ce changement est nécessaire, mais nous sommes tous dans le même bateau et nous pouvons réussir ensemble. Le lancement de la CPC a eu lieu il y a six mois seulement et tout se passe bien jusqu'à maintenant.


Comment avez-vous enseigné les APC pour bien les faire comprendre?

Fidèles à notre approche « lente et régulière », nous avons d'abord présenté les APC aux résidents et aux enseignants bien avant le lancement. Nous avons commencé par les APC de l'étape Progression vers la discipline, car il n'y en a que deux. Les R1 les ont exécutées durant les premières périodes de leur formation. Les évaluations étaient sur papier et nous voulions cerner les défis à relever pour la mise en œuvre de la CPC. Le lancement du projet pilote avant la première retraite sur la CPC a permis de dégager avec les enseignants un maximum d'idées sur l'observation des résidents. Nos différents centres ont proposé des solutions uniques, dont une « clinique d'enseignement » à Sudbury, où les enseignants ont réservé deux ou trois nouvelles consultations pendant lesquelles ils ont observé les résidents. Nous avons aussi pu tenir des séances de rétroaction, verbale et écrite. Durant le projet pilote qui s'est déroulé sur plusieurs années, tous les résidents devaient exécuter les APC de l'étape correspondant le mieux à leur année de formation. Nous avons augmenté peu à peu le nombre d'APC à exécuter. Nous sommes passés d'une documentation papier à une documentation électronique soumise à l’examen du comité de compétence. Une année, nous avons offert un prix au premier résident ou à la première résidente qui terminait les APC, puis nous avons « retardé » la promotion de plusieurs résidents jusqu'à ce qu’ils aient terminé les APC. Ils ont fini par les réussir assez rapidement et ont été promus. Les résidents et les enseignants ont compris que le programme était sérieux au sujet de la mise en œuvre de la CPC, et l'achèvement des APC s'est amélioré l'année suivante.


Que conseilleriez-vous à d'autres programmes pour que la réalisation des évaluations soit efficace?

Il était essentiel que les communications avec l'ensemble du programme soient claires. Nous avons varié les formes de communication avec les enseignants et les résidents : retraites sur la CPC, mises à jour par courriel aux enseignants, réunions personnel-résidents, bulletin des résidents. Lors d'une retraite, nous avons enregistré les résidents pendant qu'ils exécutaient des APC, puis nous avons demandé aux enseignants d'utiliser les APC pour évaluer la rencontre. Une discussion a suivi sur le résultat éventuel des résidents sur l'échelle de confiance et pour les jalons, ce qui a aidé à préciser les attentes pour tous les enseignants quant aux décisions de confier une activité professionnelle. Nous avons aussi encouragé les enseignants à maintenir une communication ouverte avec les résidents pendant la transition. Comme les difficultés varient d'un enseignant à l'autre, les reconnaître tôt permet de les régler.


Comment avez-vous réussi à établir une nouvelle clinique d'enseignement où les enseignants et les résidents voient moins de patients?

Comme je l'ai mentionné, les enseignants l’avait proposé, ce qui nous a beaucoup facilité la tâche. Dans chaque centre, ils ont adapté le fonctionnement de la clinique en fonction de leurs besoins. Par exemple, dans un centre, chaque enseignant effectue une clinique d'une demi-journée par mois; dans un autre centre, les enseignants utilisent la première consultation de l'après-midi pour la clinique d'enseignement et ce, plusieurs jours par semaine. La mise à contribution des enseignants a beaucoup facilité le processus de mise en œuvre.


Quels conseils donneriez-vous à d’autres directeurs de programme?

Ils doivent vraiment faire la promotion de la CPC dans leur programme. Honnêtement, j'ai constaté que la rétroaction aux résidents s'est améliorée pendant le projet pilote et le lancement de la CPC; il a donc été plus facile de promouvoir le changement. Ils doivent aussi être prêts à écouter les préoccupations et à apporter les ajustements nécessaires. Il importe de se rappeler que le changement exige du temps et qu'il y a des obstacles en cours de route. Il est préférable de commencer à se préparer le plus tôt possible.


Outre les initiatives dont vous avez parlé, y a-t-il d'autres activités qui ont aidé à préparer votre programme?

Quatre activités ont été utiles : 1) Nous avons simulé les réunions du comité de compétence afin que les enseignants et les résidents comprennent le processus ainsi que l'importance d'offrir une rétroaction détaillée et précise. 2) L'examen mené par le comité de compétence a fait ressortir des lacunes dans l'évaluation des résidents, dont le manque de rétroaction écrite sur les APC. Le signalement précoce de cette lacune nous a permis d'en discuter lors des retraites sur la CPC. 3) Nous devons actualiser nos connaissances. Les membres des comités de compétence ont aussi préconisé la tenue de discussions dans leurs centres et encouragé les enseignants à offrir une rétroaction détaillée. 4) Nous avons innové en créant une vidéo amusante qui souligne les défis courants liés aux APC.


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer

Francois L Heureuxf | April 1, 2022
Approche vraiment originaleFrancois
Francois L'Heureux | April 1, 2022
importance d'une bonne communication entre enseignant et élève pour la rétroaction