Améliorer les soins aux diabétiques au Kenya

Le 28 septembre 2020 | Auteur: Personnel du Collège royal
Lecture de 2 min

Ce projet a reçu une subvention du nouveau programme de Développement, aide et collaboration à l’échelle internationale du Collège royal en 2020. Cette subvention appuie des projets visant à améliorer l’enseignement aux professionnels de la santé et à renforcer les capacités locales dans les pays à faible et moyen revenu.


Le diabète est en hausse partout sur la planète et a d’importantes répercussions sur les populations et les économies. Ces répercussions se font particulièrement sentir dans les pays en développement tels que le Kenya, où il peut être difficile pour les personnes diabétiques qui vivent à l’extérieur des grandes villes d’accéder aux soins de santé dont elles ont besoin.

Dr. Hasina Visram (Photo soumise)

Hasina Visram, MD, FRCPC, une endocrinologue d’Ottawa, en Ontario, utilise les fonds octroyés par Développement, aide et collaboration à l’échelle internationale pour concevoir des documents de formation continue qui contribueront à l’amélioration des soins aux diabétiques à Kisumu, au Kenya. Son objectif est d’optimiser le dépistage précoce du diabète, de même que la prise en charge et le traitement de la maladie, de ses complications et de ses comorbidités.

« Nous sommes convaincus, après avoir discuté avec nos partenaires des Services de santé Aga Khan, que ce projet, s’il s’avère une réussite, pourrait réduire le fardeau du diabète sur l’économie et la santé dans la région de Kisumu », affirme la Dre Visram.

Un programme fondé sur les besoins établis

En 2019, West Ottawa Specialty Care, où la Dre Visram exerce la médecine, a réalisé une évaluation des besoins de perfectionnement du corps professoral, en collaboration avec les Services de santé Aga Khan. L’équipe s’appuiera maintenant sur les constats de cette évaluation pour préparer un questionnaire servant à déterminer les besoins particuliers de formation continue des fournisseurs de soins de santé de la région de Kisumu.

En s’appuyant sur le questionnaire, la Dre Visram créera un programme de formation médicale continue centré sur la prise en charge du diabète qui comportera de trois à six parties. Elle compte offrir le programme d’études aux fournisseurs de Kisumu sous forme d’ateliers pratiques et de séminaires en ligne.

« Nous avons aussi demandé au Collège royal, en plus de financer nos voyages au Kenya, d’offrir un soutien en nature pour la formation médicale continue, mentionne la Dre Visram. Nous voulons nous assurer d’appliquer les pratiques exemplaires lorsque nous élaborerons le questionnaire et le programme d’études. »

La rétroaction de qualité est essentielle

La Dre Visram vise un taux de participation de 80 % des centres de santé de la région de Kisumu au questionnaire. Elle précise que le succès du projet repose sur la qualité de la rétroaction reçue ainsi que sur l’enthousiasme des participants.


En raison de la COVID-19 et des restrictions de voyage, plusieurs activités de projet prévues plus tôt cette année ont été reportées. Certaines d’entre elles ont depuis repris, tandis que d’autres seront relancées au moment opportun, lorsqu’il sera sécuritaire de le faire.


Mots-clés


Laissez un commentaire. Afin de réduire le courrier indésirable, les commentaires sont examinés avant d'être affichés.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Envoyer